1. Immobilier
  2. Actualités immobilières à LA VALETTE DU VAR
  3. Malgré la remontée des taux d'usure, l'accès au crédit immobilier se complique

Malgré la remontée des taux d'usure, l'accès au crédit immobilier se complique

Publié le 06/07/2022
Conformément à la formule, le taux d'usure a légèrement progressé. Mais dans le même temps, les banques ont continué à afficher des barèmes en hausse.

a situation devient inextricable. Vendredi 1er juillet, les taux d'usure ont progressé. Mais Bercy et la Banque de France ayant décidé d'appliquer la formule à la lettre, ces taux d'usure n'ont que faiblement augmenté.

Rappelons que le taux d'usure "correspond au taux maximum légal que les établissements de crédit sont autorisés à pratiquer lorsqu'ils accordent un crédit". Aussi, le TAEG (taux annuel effectif global) proposé ne peut pas dépasser ce taux d'usure. Si les banquiers ne respectent pas ce plafond, ils risquent des peines de deux ans d'emprisonnement et une amende de 300.000 euros.

 
 
PUBLICITÉ

>> Crédit immobilier: simuler le rachat de vos emprunts

Or, dans le même temps, les taux immobiliers, eux, connaissent des hausses bien plus importantes. C'est ce que les professionnels appellent "l'effet ciseaux" et qui exclut de plus en plus de ménages de l'accès au crédit immobilier. Meilleurtaux rappelle qu'"il faut comprendre que les taux de refinancement des banques ont eux-mêmes subi une très nette augmentation, passant de 0,30% en début d’année à 2% aujourd’hui. Dans ce contexte, il est très compliqué pour elles de ne pas relever les barèmes".

Maël Bernier, porte-parole et directrice de la communication de Meilleurtaux, précise: "Il faut d’ailleurs avoir en tête que si les banques avaient suivi à la lettre l’évolution des taux directeurs et répercuté intégralement les hausses subies, les taux aux particuliers devraient déjà être autour de 2,5, voire 3%".

 
 

Faire baisser le coût de l'assurance

En juillet, plusieurs banques nationales ou régionales ont augmenté leurs taux de crédit de 0,10 à 0,35 %. Ainsi au total depuis le début de l’année 2022, les hausses moyennes de taux sont de 0,55 % en moyenne, mais atteignent 1 point dans certaines banques. "Les taux moyens sont encore en augmentation à 1,40 % sur 15 ans, 1,65 % sur 20 ans et 1,80 % sur 25 ans, mais de plus en plus de banques affichent désormais des taux supérieurs à 2 % sur 20 ans, des taux qui n’étaient plus affichés depuis 2017, sauf qu’à cette époque le taux d’usure était à 3,35 %", explique Voufinancer.

 
PUBLICITÉ

Le courtier révèle qu'une banque propose même désormais un taux unique quel que soit le profil de l’emprunteur, ses revenus ou la durée du crédit : 2,10 % sur 15, 20 ou 25 ans. "Compte tenu de la hausse des taux de refinancement, la remontée des taux de crédit se poursuit avec des taux affichés dans les barèmes de plus en plus de banques qui ne sont pourtant pas applicables compte tenu des taux d’usure. Pour autant, certaines banques considèrent encore le crédit comme un produit d’appel malgré la faiblesse des marges et restent en conquête de clientèle, avec des délais de traitement qui malheureusement s’allongent dans ces établissements et qui risquent de s’aggraver durant l’été avec les départs en congés", explique Julie Bachet, directrice générale de Vousfinancer.

Quelle solution pour les particuliers? Pour Maël Bernier, il n'en existe pas beaucoup : "Pour avoir une chance que votre dossier passe, l'une des clés c’est de faire baisser le coût de l’assurance en espérant que cela soit suffisant".

Suivez l’actualité immobilière et rejoignez-nous